Le Centre

Alimentons l’avenir : Les aliments sont l’essence de la vie. Ils alimentent nos corps, nos esprits, nos talents et nos aspirations. L’alimentation est un formidable moteur, un pont qui donne aux gens et aux communautés des moyens d’agir.

Comprendre ce qu’est la sécurité alimentaire

Les gens jouissent de sécurité alimentaire lorsqu’ils disposent d’un accès stable aux aliments abordables, nutritifs et culturellement appropriés. L’insécurité alimentaire varie de la crainte de manquer de nourriture au recours aux compromis ou réductions à l’achat des aliments, à être affamé et manquer des repas en raison du manque de nourriture et d’argent pour acheter la nourriture.1

Environ 800 millions de personnes dans le monde sont mal nourries, soit presque un cinquième de la population mondiale. Globalement, certains progrès ont été réalisés au cours de la dernière décennie, pendant laquelle le nombre de personnes vivant dans l’insécurité alimentaire a diminuée de plus de 150 millions.

Étant donné ces progrès, il est particulièrement troublant qu’au Canada, pays qui jouit d’une richesse considérable et d’une abondance de terre arable, plus de quatre millions de Canadiens souffrent d’insécurité alimentaire. Cela signifie qu’un ménage sur huit et un enfant sur six sont touchés par l’insécurité alimentaire. Les conséquences sont nettement plus prononcées dans les régions du Nord; 60 % des enfants du Nunavut vivent dans des ménages atteints d’insécurité alimentaire. Contrairement aux progrès à l’échelle mondiale, au cours des dix dernières années, l’insécurité alimentaire n’a pas diminué au Canada et les chiffres augmentent dans certaines provinces.1

Bien que les raisons de l’insécurité alimentaire soient complexes, le facteur le plus important est le revenu. Près de 50 % des ménages vivant de moins de 10 000 $ par année vivent dans l’insécurité alimentaire, tandis que très peu de ménages gagnant annuellement au moins 80 000 $ sont exposés à l’insécurité alimentaire. Mais il existe d’autres facteurs contributifs, y compris la géographie, la santé mentale et physique, ainsi que la mobilité.1

En fait, le Canada n’a pas de pénurie alimentaire, mais nous avons un problème de pauvreté et un problème de distribution alimentaire. L’écart de revenu au Canada a augmenté au cours des trois dernières décennies, d’après l’UNICEF, et les experts en alimentation croient qu’un tiers des aliments que nous produisons sont gaspillés.

Peu importe les causes sous-jacentes, le résultat est dévastateur :

  • Les maladies chroniques augmentent – l’insécurité alimentaire est associée à une prévalence plus élevée de diabète, de maladies cardiovasculaires, de problèmes dentaires et d’autres problèmes de santé liés à la santé.
  • Le coût des soins de santé augmente – les personnes vivant dans une insécurité alimentaire extrême coûtent 121 % plus cher au système de soins de santé. Selon les estimations d’un rapport récent de l’association Les diététistes du Canada, la pauvreté coûte 7,6 milliards de dollars de plus par année au système de soins de santé, en utilisant les données de 2007.
  • Il y a une incidence sur la santé mentale – les problèmes de santé mentale chez les mères et les enfants sont plus courants lorsque les mères font face à l’insécurité alimentaire.
  • L’isolement augmente – la pauvreté et l’insécurité alimentaire augmentent l’isolement social.
  • L’agression augmente – les enfants touchés par l’insécurité alimentaire peuvent éprouver davantage de tout un éventail de problèmes de comportement, notamment : les bagarres, l’hyperactivité, l’agression, l’anxiété, les sautes d’humeur et l’intimidation.
  • Le rendement académique en souffre – les chercheurs ont montré une forte corrélation entre la qualité du régime alimentaire et la concentration, la vivacité d’esprit, le rendement académique (des résultats de tests améliorés et de meilleurs résultats généraux en mathématiques et en lecture) et les comportements sociaux positifs. Les enfants aux prises avec l’insécurité alimentaire risquent davantage d’être suspendus de l’école et d’avoir de la difficulté à s’entendre avec leurs semblables.

Il n’y a pas de solutions faciles pour résoudre ce problème de taille, mais il existe des mesures que nous pouvons prendre. Des dirigeants communautaires, experts en alimentation et organismes passionnés font preuve d’une formidable innovation, délaissant les modèles caritatifs traditionnels et faisant une différence. Étant donné la corrélation entre la pauvreté et la sécurité alimentaire, l’ordre public et les investissements nationaux sont essentiels et divers échelons gouvernementaux vont de l’avant. Le partage des connaissances et la collaboration augmentent. Nous devons nous attaquer à cet enjeu social chronique avec une urgence accrue, en reconnaissant l’intersection de la pauvreté, la nutrition, la culture et la communauté et la prise en charge individuelle pour améliorer la sécurité alimentaire. Le Centre cherche à fournir une voix importante et à soutenir le changement.

  • 1 Nous nous reportons beaucoup à la recherche menée par le rapport PROOF de 2014 tout au long du présent site Web et nous sommes reconnaissants du travail qu’ils ont fait. Source : Tarasuk, V., Mitchell, A., Dachner, N. (2016). Household food insecurity in Canada (insécurité alimentaire des ménages au Canada), 2014. Toronto: Research to identify policy options to reduce food insecurity (PROOF) (Toronto : Recherche pour identifier les options politiques pour réduire l’insécurité alimentaire (PROOF)). Téléchargé de http://proof.utoronto.ca.

4 000 000 de Canadiens, ou 12 % des ménages, sont aux prises avec l’insécurité alimentaire, un nombre qui a augmenté considérablement depuis 2007.

La mission

Le Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire (« le Centre ») collaborera avec les intervenants afin de réduire l’insécurité alimentaire au Canada et à l’échelle mondiale. Nous nous efforçons de mettre cette question sociale pressante en lumière, de plaider en faveur de politiques essentielles et d’investir dans des programmes qui sont requis pour apporter des améliorations durables.

Par le biais d’un important soutien financier et en nature, le Centre travaillera avec des programmes novateurs axés sur l’alimentation qui font progresser la capacité des gens et des collectivités d’instaurer une sécurité alimentaire durable et la possibilité d’augmenter l’ampleur et l’impact. Nous allons appuyer l’apprentissage, le réseautage et le mesurage servant à évaluer la portée du programme, faire progresser davantage le partage des connaissances et reproduire et développer à plus grande échelle l’innovation qui fonctionne.


Un enfant sur six
et un ménage sur huit sont touchés
par l’insécurité alimentaire au Canada.

Nos principes

  • Le Centre soutiendra les initiatives qui reposent sur l’alimentation, favorisent la dignité et renforcent la capacité individuelle et collective de venir à bout de l’insécurité alimentaire.
  • Ensemble, nous alimenterons l’avenir en aidant à réduire l’isolement social et à habiliter les gens et les communautés afin qu’ils puissent surmonter les obstacles et défendre leur cause.
  • Le Centre appuiera des partenariats qui vont au-delà de l’aide alimentaire d’urgence afin d’arriver à la résolution durable de l’insécurité alimentaire.
  • Le Centre soutiendra l’innovation et apprendra autant de ce qui ne fonctionne pas que de ce qui fonctionne.
  • Le Centre soutiendra activement le bénévolat et jumellera les gens et leurs connaissances spécialisées avec ses programmes.
  • Le Centre créera des partenariats avec des gouvernements, le milieu universitaire, des organismes sans but lucratif et le secteur privé afin d’augmenter l’impact collectif.
  • Le Centre cherchera à faire progresser les connaissances et l’impact collectifs, en mesurant le rendement social sur les investissements et en partageant les apprentissages avec les autres.

Théorie du changement

De nombreux programmes qui ciblent l’insécurité alimentaire sont de petits programmes localisés, non coordonnés et fondés sur un modèle de bienfaisance axé sur les dons, au lieu d’une approche qui cherche à changer le système. De nombreux organismes novateurs n’ont pas l’envergure et les ressources nécessaires pour faire progresser le changement important. Le Centre misera sur les connaissances et les ressources de Maple Leaf et sur son leadership dans le secteur canadien de l’alimentation, les connaissances spécialisées de son conseil d’administration et d’autres intervenants de la sécurité alimentaire et le réunira au soutien financier afin de produire une incidence importante sur la question.

diagram showing Innovation Fund – Learning Hub – Advocacy interdependencies

Le Centre orientera les ressources d’une manière ciblée afin de créer une incidence sociale évolutive sur l’insécurité alimentaire en :

  • Mettant en lumière l’insécurité alimentaire
  • Trouvant les véritables novateurs du système alimentaire
  • Mesurant et validant l’incidence des modèles
  • Faisant augmenter l’envergure des programmes à haute incidence
  • Apprenant ce qui fonctionne et ne fonctionne pas et partageant ces connaissances
  • Constituant des réseaux et des sources de financement

Pour appuyer ce travail d’importance vitale, Maple Leaf s’est engagée à contribuer annuellement 1 % de ses bénéfices avant impôt pour soutenir le Centre et d’autres investissements communautaires. De plus, le Centre établira un fonds de dotation et organisera d’autres activités de collecte de fonds afin de maintenir et faire augmenter sa contribution.

Les experts

« Le déploiement de façons et de moyens de nourrir durablement, équitablement et éthiquement la population mondiale représentera l’un des plus grands défis des 50 prochaines années. »

– Evan Fraser, administrateur du conseil, Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire

À propos du conseil

Le Centre s’engage à susciter une prise de conscience et à faire avancer la recherche de solutions pour la sécurité alimentaire. Le Centre est un organisme sans but lucratif enregistré au Canada et demande le statut d’organisme de bienfaisance.

Nous avons assemblé un Conseil d’administration solide pour guider les travaux du Centre. Il comprend des personnes qui apportent leurs connaissances spécialisées en sécurité alimentaire et des dirigeants de Maple Leaf. Ensemble, les membres du Conseil travaillent pour faire progresser la sécurité alimentaire durable et réaliser le mandat du Centre : investir dans la recherche et l’innovation, faire progresser la collaboration et l’apprentissage parmi les intervenants et œuvrer avec d’autres organismes, tous les paliers du gouvernement et l’industrie afin de promouvoir les programmes et les politiques.

Le Conseil a la responsabilité d’approuver les subventions versées en vertu du Fonds d’innovation et du Centre d’apprentissage.


Les membres du conseil

Notre Conseil d’administration assure la surveillance et la gouvernance des activités du Centre et ses membres font part de leurs connaissances spécialisées afin de faire progresser notre travail et notre impact.

CURTIS FRANK

Vice-président principal, Ventes au détail, Aliments Maple Leaf

Curtis Frank occupe le poste de vice-président principal, Ventes au détail, chez Maple Leaf. À ce titre, il dirige les activités interfonctionnelles de vente au détail et de développement des...

EVAN FRASER

Directeur, Food Institute à l’Université de Guelph

Le professeur Fraser est le directeur du Food Institute de l’Université de Guelph, où il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la sécurité alimentaire mondiale; il est également professeur...

BETH HUNTER

Directrice des programmes, La fondation de la famille J.W. McConnell

Beth Hunter est la directrice des programmes à la fondation de la famille J.W. McConnell où elle travaille depuis 2010 à la tête du programme Systèmes alimentaires durables...

MUSTAFA KOÇ

Professeur de sociologie, Université Ryerson

Mustafa Koç est professeur de sociologie à l’Université Ryerson. Il a obtenu un baccalauréat ès art en sociologie à l’Université Bogazici, une maîtrise en sociologie à l’Université de Waterloo...

LYNDA KUHN

Vice-présidente principale, Durabilité et affaires publiques, Aliments Maple Leaf
Présidente, Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire

Lynda Kuhn occupe le poste de vice-présidente principale, Durabilité et affaires publiques, chez Maple Leaf. À ce titre, Mme Kuhn dirige la mise sur pied d’une stratégie de durabilité...

RORY McALPINE

Vice-président principal, Relations avec le gouvernement et l’industrie, Aliments Maple Leaf

Rory McAlpine est vice-président principal, Relations avec le gouvernement et l’industrie chez les Aliments Maple Leaf. À ce titre, il dirige l’ensemble du travail relatif aux politiques publiques...

MICHAEL McCAIN

Président et chef de la direction, Aliments Maple Leaf
Président honoraire, Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire

Michael H. McCain est président et chef de la direction des Aliments Maple Leaf, l’une des sociétés phares de l’industrie alimentaire canadienne...


Le Centre d’apprentissage

Les défenseurs des droits et les organismes communautaires en première ligne pour lutter contre l’insécurité alimentaire sont sous-financés, mal équipés et débordés par le soutien essentiel qu’ils doivent livrer à leurs clients. Par conséquent, le partage de l’apprentissage et la création de collaborations sont souvent peu fréquents ou une occasion manquée.

Grâce à notre travail, le Centre partagera ce que nous apprenons des projets dans lesquels nous investissons. De façon plus générale, le Centre accordera son appui à d’autres intervenants du secteur de la sécurité alimentaire afin de faire progresser la communication, un recueil commun de connaissances et de recherches qui multiplient nos connaissances et notre impact collectif.

Le Centre d’apprentissage de ce site Web contient toute une variété de matériel de références et de liens vers des renseignements courants et l’avis d’experts sur la sécurité alimentaire.


Nous déployons nos meilleurs efforts pour examiner et partager des renseignements pertinents sur la sécurité alimentaire au sein de notre Centre d’apprentissage, mais nous ne pouvons vérifier l’exactitude ou l’exhaustivité de tous les documents; leur inclusion dans le Centre d’apprentissage ne signifie pas que le Centre approuve les prises de position et les opinions qui y sont exprimés. S’il existe d’autres documents importants qui devraient être inclus, selon vous, veuillez nous le faire savoir.

La possibilité

L’insécurité alimentaire est un problème de proportion nationale et mondiale. Nous alimentons l’avenir en identifiant et en renforçant l’innovation en matière de sécurité alimentaire, ainsi qu’en mesurant et en partageant l’incidence. Nous avons la possibilité d’aligner tous nos efforts et de favoriser des solutions d’envergure qui appuiront des changements significatifs et durables.

Le Fonds d’innovation

Le Fonds d’innovation fournit des subventions aux organismes de bienfaisance enregistrés qui se consacrent à éprouver et augmenter l’ampleur de méthodes novatrices pour faire progresser la sécurité alimentaire avec l’intention de tirer les leçons nécessaires des succès et des échecs et de créer des modèles évolutifs et reproductibles. Le Centre appuiera les initiatives novatrices qui vont au-delà du secours alimentaire d’urgence afin d’aider à développer la capacité, soutenir les systèmes, perfectionner les compétences et favoriser les débouchés économiques. Au moyen de l’évaluation de l’incidence, le Centre et les bénéficiaires de ses subventions extrairont les apprentissages principaux qui pourront augmenter l’efficacité, profiter aux autres intervenants du secteur et aider à créer des méthodes évolutives et reproductibles.

Le financement est offert par l’intermédiaire de notre Fonds d’innovation et de notre Fonds du Centre d’apprentissage. Veuillez consulter les modalités de financement afin d’obtenir de plus amples renseignements avant de lancer le processus de demande.


Fonds d’innovation - projets actuels

Community Food Centres Canada

Les centres d’alimentation Community Food Centres Canada (CFCC) œuvrent pour l’amélioration de la santé et du bien-être des Canadiens à faible revenu à l’aide du pouvoir de la nourriture. Ils le font en travaillant avec des partenaires afin d’élaborer et de soutenir des centres communautaires dynamiques centrés sur l’alimentation, dans des collectivités à faible revenu qui fournissent des aliments nutritifs, des possibilités d’améliorer les compétences et le soutien de pairs dans un milieu accueillant et respectueux. Les CFCC cherchent également à renforcer le secteur d’alimentation communautaire en général en offrant diverses possibilités d’échange de connaissances et des subventions afin d’appuyer des organismes intéressés à apprendre les uns des autres quelles sont les meilleures pratiques. Enfin, ils favorisent également la participation du public et la défense des droits en ce qui concerne l’alimentation, la santé et la pauvreté. 

Afin de répondre à la demande de renseignements anticipée, à travers le Canada, au sujet du modèle et de l’approche des Community Food Centres, les CFCC ont créé un programme d’échange de connaissances servant de communauté de pratique aux organismes du secteur de la sécurité alimentaire. La communauté de pratique engage les huit CFC ainsi que plus de 100 organismes de l’initiative « Tous ensemble pour la bonne nourriture » (Good Food Organizations ou GFO) qui cherchent à améliorer leur capacité à offrir des programmes d’alimentation saine qui sont respectueux, dans leurs collectivités.

Les sources de soutien et d’apprentissage prennent de nombreuses formes. Il y a un encadrement et un soutien continus du personnel du programme des CFCC qui partagent leurs pratiques exemplaires avec l’ensemble du réseau. En plus du soutien individuel, les organismes ont accès à un programme de subventions annuelles qui offre du soutien aux programmes pour enfants et adolescents et à d’autres programmes, des webinaires, de la formation virtuelle et un centre de ressources en ligne composé de plus de 4 000 membres, The Pod, centre de partage de connaissances (The Pod Knowledge Exchange) des CFCC, qui comprend une importante bibliothèque de ressources. Le sommet de l’alimentation annuel des CFCC (Food Summit) rassemble plus de 150 membres du personnel des CFC et de l’initiative GFO de partout au pays  pour prendre part à une fin de semaine de partage et d’apprentissage. Il en découle une grande communauté de personnes et d’organismes des secteurs de la sécurité alimentaire, du monde académique, de la santé et de réduction de la pauvreté qui sont désireux d’apprendre les uns des autres.

Par le biais de notre Fonds du Centre d’apprentissage, le Centre appuiera le travail d’échange des connaissances des CFCC dans le but de renforcer le secteur de la sécurité alimentaire communautaire au Canada en augmentant la sensibilisation et la disponibilité de l’information et des ressources liées à la délivrance de la programmation à grand impact de la communauté de la sécurité alimentaire et favorisera la création de liens plus serrés entre les organismes.

Pour en apprendre davantage sur les CFCC, veuillez consulter : https://cfccanada.ca/

Food First NL

Food First NL est un organisme provincial à but non-lucratif se composant d’un réseau en pleine croissance de plus de 3 000 organismes et personnes qui s’engagent activement à améliorer la sécurité alimentaire dans l’ensemble de Terre-Neuve et du Labrador. La mission de Food First NL est de promouvoir activement des solutions complètes à base communautaire afin de veiller à l’accès physique et économique aux aliments adéquats et sains pour tous. Avec le soutien de fonds de multiples sources gouvernementales et autres, Food First NL collabore avec plus de 300 partenaires afin d’organiser un grand éventail de programmes communautaires novateurs qui favorisent le progrès de la sécurité alimentaire à travers la province.

En 2015, Food First NL a formé un partenariat avec l’Association pour la santé publique de Terre-Neuve-et-Labrador (ASPTL) afin de développer et diriger Everybody Eats, un dialogue provincial sur la sécurité alimentaire à Terre-Neuve et au Labrador, dans le but de fournir des renseignements pour l’élaboration d’une feuille de route provinciale pour assurer l’avenir de la sécurité alimentaire dans la province. La sécurité alimentaire à NL est une question complexe et dynamique qui nécessite une approche multidimensionnelle et collective afin d’apporter des changements transformateurs. Au cours des années récentes, l’intérêt pour la sécurité alimentaire et la prise de mesures a connu une croissance incroyable à NL, chez une diversité d’intervenants à travers les régions et les secteurs de la province; cependant, ces intervenants ont souvent agi de façon fragmentée, avec une communication et une collaboration limitées – ce qui a entraîné le dédoublement des efforts, ainsi que des niveaux d’impact inférieurs.

Le processus de Everybody Eats a suscité la participation d’un grand nombre de ces intervenants et il a misé sur cet intérêt et cette action accrus afin de mobiliser un dialogue intersectoriel mieux coordonné sur les progrès de la sécurité alimentaire à Terre-Neuve et au Labrador. Au moyen de ce processus, Food First NL a soulevé l’intérêt d’un grand nombre de ces intervenants clés à participer à un effort mieux coordonné pour faire avancer la sécurité alimentaire et a recueilli une vaste contribution d’information sur les mesures prioritaires à prendre afin de mieux agir face à ce problème. En s’appuyant sur cette base, Food First NL et ses partenaires sont bien placés pour fournir un effort concerté et de faire progresser la sécurité alimentaire à NL, en utilisant le modèle d’intervention centrée sur l’impact collectif.

Le Centre accordera son appui à Food First NL pour mettre en œuvre un modèle d’intervention centrée sur l’impact collectif afin de parvenir à la sécurité alimentaire. Ce projet offre l’occasion d’évaluer le potentiel d’implanter le modèle d’intervention centrée sur l’impact collectif dans le but de faire progresser la sécurité alimentaire de manière complète à l’échelle provinciale. L’initiative fournira des connaissances sur les stratégies efficaces pour une étroite collaboration, identifiant les activités qui renforcent mutuellement et facilitant l’harmonisation entre de multiples organismes, le partage des mesures et la possibilité d’avoir un impact plus considérable sur la sécurité alimentaire à l’aide de cette approche collective. En outre, d’importants apprentissages seront documentés grâce au développement d’un plan d’évaluation complet visant à surveiller les progrès de la sécurité alimentaire.

Afin d’en apprendre davantage au sujet de Food First NL, veuillez visiter : http://www.foodfirstnl.ca/.

FoodShare Toronto

screenshot of foodshare.net

Depuis 1985, l’organisme FoodShare s’est fait le pionnier de programmes novateurs comme les boîtes d’aliments sains (Good Food Box), a influé sur ce que les enfants mangent à l’école, a amélioré l’accès aux fruits et légumes frais et a développé la capacité des communautés à cultiver, cuisiner et manger des aliments chaque jour aux quatre coins de Toronto. Ses programmes adhèrent au principe de justice alimentaire, afin que ceux et celles qui sont les plus éprouvés par l’insécurité alimentaire soient les leaders dans l’élaboration de leurs propres solutions par rapport au système alimentaire. Au lieu d’un modèle descendant, FoodShare élabore des réseautages et des partenariats complexes, étant donné qu’aucun de ses programmes n’est possible sans le leadership de la communauté locale offert par des personnes et des organismes de toutes sortes.

FoodShare a récemment déménagé dans la région de Weston Mount-Dennis de Toronto, un quartier mal desservi qui dispose de peu d’épiceries et encore moins de points de vente de fruits et légumes frais. Même s’il y avait de nombreuses épiceries autrefois, le long de Weston Road, dans ce quartier de classe ouvrière de l’Ouest torontois, depuis la perte des emplois locaux causée par la fermeture de la société Kodak et d’autres usines, il ne reste plus qu’une seule petite épicerie entre Lawrence et St. Clair. La ville de Toronto considère qu’il s’agit d’une zone d’amélioration communautaire.

Les Good Food Markets (« Bons marchés de quartier ») de FoodShare sont des marchés communautaires qui vendent des légumes et des fruits de qualité, culturellement appropriés et peu coûteux. Ces marchés apportent des fruits et légumes sains dans les quartiers où ils ne seraient pas disponibles, autrement, et où les marchés d’agriculteurs ne sont pas rentables parce que les ventes sont trop faibles pour couvrir les coûts des cultivateurs. La priorité consiste à offrir des aliments sains dans des quartiers et des communautés à faibles revenus où il n’existe pas d’épiceries d’aliments sains où l’on peut se rendre à pied. De plus, ces marchés ont tendance à créer une certaine énergie dans le quartier. En côtoyant vos voisins, en essayant de nouvelles choses, en respirant de l’air frais et en faisant de l’exercice – vous obtenez bien plus que de la nourriture d’un tel marché.

Sachant que les Bons marchés de quartier fonctionnent, FoodShare a lancé un projet qui cherche à évaluer l’incidence d’une expansion ciblée de « Bons marchés de quartier » et du modèle de développement de communauté dans une collectivité mal desservie. Jusqu’à présent, peu d’évaluations rigoureuses ont été entreprises au Canada pour analyser si une intervention concertée au niveau du quartier peut augmenter l’accès aux fruits et légumes abordables et si ces initiatives peuvent atténuer certaines des répercussions de la pauvreté. Le partenariat avec le Centre permettra à FoodShare de tester si la création de « Bons marchés de quartier » concentrés dans un grand quartier peuvent réaliser des buts multiples en réduisant l’insécurité alimentaire, en augmentant la santé physique et mentale et en créant une meilleure communauté.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’excellent travail accompli par FoodShare, veuillez visiter le site http://foodshare.net/.

Greater Vancouver Food Bank (banque alimentaire du Grand Vancouver) – Centres alimentaires communautaires

La Greater Vancouver Food Bank (« GVFB ») reconnaît que le secours alimentaire d’urgence à lui seul n’est pas une solution à long terme pour résoudre le problème de la faim. En 2013, cet organisme a créé son premier plan stratégique et s’oriente au-delà des solutions à court terme vers un modèle qui favorise une voie vers la sécurité alimentaire communautaire. Il s’agit d’un modèle enraciné dans l’éducation, l’habilitation et la durabilité et qui témoigne de sa mission : créer des environnements habilitants qui offrent et favorisent l’accès aux aliments sains, à l’éducation et à la formation et de sa vision : des aliments accessibles, sains et durables pour tous.

Au cours des trois dernières années, la GVFB a réussi à faire la transition de l’emplacement de deux de ses 13 banques alimentaires à un modèle de Centres alimentaires communautaires. Les Centres alimentaires communautaires fournissent un accès par le biais d’une approche axée sur les membres qui accorde la priorité à la dignité, au respect et à la santé. L’investissement du Centre permettra à la GVFB de concentrer ses ressources afin de mettre en œuvre le modèle des Centres alimentaires communautaires dans son intégralité dans tous ses points de distribution d’ici 2019.

La GVFB commencera par jeter les bases (préparation des sites) d’une transformation réussie en améliorant son complément de personnel et en augmentant la capacité humaine globale de son effectif et ses bénévoles par le biais d’une suite de modules de formation particuliers. Ceci comprend la formation novatrice, un engagement accru des membres, des groupes témoins et des recherches ciblées. Une fois que la première étape sera terminée, elle mettra l’accent sur l’augmentation de la capacité de la communauté et explorera les partenariats (connectivité des emplacements) qui animent l’espace du Centre de manières significatives.

Son évaluation mesurera l’accès accru à la nourriture, la diminution de l’isolement et l’accès aux services supplémentaires attribuables aux Centres communautaires. Le Centre partagera les leçons essentielles apprises de la transition aux Centres communautaires au moyens de son site Web et par d’autres moyens de communication.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’excellent travail accompli par les Centres alimentaires communautaires, veuillez visiter www.foodbank.bc.ca.

McQuesten Urban Farm (ferme urbaine de McQuesten)

McQuesten Urban Farm (ferme urbaine de McQuesten) est un projet unique et novateur qui s’adresse à l’insécurité alimentaire dans un quartier aux besoins élevés de plus de 7 000 personnes à Hamilton, en Ontario. Le quartier est considéré comme un désert alimentaire, étant donné que les épiceries et les sources d’aliments frais les plus près se trouvent à une distance d’au moins deux kilomètres. La ferme urbaine a été amorcée par un groupe de résidents fort engagés et déterminés, au moyen d’un processus de planification communautaire complet qui a identifié le besoin d’améliorer la sécurité alimentaire en apportant la production d’aliments frais et l’éducation alimentaire au cœur de leur quartier. Avec un soutien considérable de la ville de Hamilton et la fondation communautaire de Hamilton, elle a été officiellement lancée au printemps de 2016 en axant principalement ses activités sur la construction du site, le développement du sol et la production préliminaire d’aliments.

Ce projet est une synergie de personnes, de ressources et de collaboration. La ferme urbaine de McQuesten rendra des fruits et légumes frais accessibles aux résidents du quartier, appuiera les programmes d’alimentation communautaires et les nouvelles entreprises à vocation sociale et fournira une éducation alimentaire et des programmes d’aptitude à la vie quotidienne aux résidents.

La ferme s’attend à produire environ 75 000 livres (environ 34 020 kg) de fruits et légumes dont 50 % seront vendus dans le quartier au prix coûtant et de vendre l’autre moitié des produits à l’extérieur du quartier afin de compenser certains des frais d’exploitation et de programmation et de soutenir la viabilité à long terme de l’initiative.

Le Centre d’action pour la sécurité alimentaire soutiendra le personnel et les coûts d’immobilisations afin d’améliorer les compétences et la programmation liées à l’alimentation à la ferme urbaine de McQuesten et pour essayer de nouveaux programmes pilotes de distribution d’aliments au niveau du quartier afin de réduire les obstacles pour obtenir des aliments sains auxquels les résidents vivants dans l’insécurité alimentaire font face. Ce projet met à l’essai la production agricole urbaine en tant que moyen peu coûteux de cultiver et distribuer des aliments sains, de réduire l’isolement social et de perfectionner les compétences des personnes au sein de la communauté.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le travail remarquable exécuté à la ferme urbaine de McQuesten, veuillez visiter le site mcquestenurbanfarm.wixsite.com/grow.

Dépôt alimentaire NDG

Fondé en 1986, le Dépôt alimentaire NDG est un organisme communautaire à but non-lucratif qui collabore avec sa communauté afin d’adresser les causes fondamentales de la faim et la pauvreté à Notre-Dame-de-Grâce et dans les environs de manière à veiller à assurer la dignité, l’engagement communautaire et le développement du potentiel humain. Plus de 25 % de la population de NDG vit au seuil de pauvreté ou sous ce seuil – et un enfant sur trois se trouve dans cette situation.

L’un des programmes les plus réussis, la Boîte à Lunch (BaL), est en place dans la communauté de NDG depuis sa création en 2003. La BaL est une série d’ateliers gratuits traitant de cuisine élémentaire et de nutrition. Ces ateliers pour enfants en quatrième et en cinquième année (âgés de 9 à 11 ans) sont conçus de manière à orienter les jeunes afin qu’ils choisissent de s’alimenter sainement au moyen de méthodes d’apprentissage participatives et de préparation de repas sains. Le recrutement des jeunes se fait dans les écoles élémentaires (il y en a 13 à NDG) des quartiers à faibles revenus.

Plus de 1 500 jeunes à risque de NDG ont participé aux activités de la BaL depuis sa conception. La demande de ce programme parascolaire après les classes et de ses services éducatifs sur l’alimentation continue d’augmenter au sein de Notre-Dame-de-Grâce et dans l’ensemble de Montréal. De plus, le programme a servi de point de départ pour les familles à faible revenu et les nouveaux arrivants et leur a permis de découvrir et d’accéder aux autres services du Dépôt alimentaire NDG.

En partenariat avec le Centre, le Dépôt alimentaire NDG mettra en œuvre et évaluera une importante expansion de la Boîte à Lunch dans trois autres communautés de Montréal. L’évaluation mettra l’accent sur l’extensibilité du programme et mesurera son impact sur la sécurité alimentaire des enfants et sur la santé communautaire. En plus de l’expansion du programme, le Dépôt alimentaire NDG développera une évaluation qui permettra de déterminer s’il y a une incidence sur les résultats académiques des participants qui ont une garantie d’accès de deux années complètes (quatre (4) sessions du programme) à la BaL.

Pour en apprendre davantage sur le Dépôt alimentaire NDG, veuillez visiter le site suivant : http://www.depotndg.org/fr/node/11.

Northern Manitoba Food, Culture and Community Collaborative

Depuis sa formation en 2014, le projet de collaboration Northern Manitoba Food, Culture & Community Collaborative (NMFCCC) a accordé son soutien à 53 projets dirigés par les communautés qui portent sur la sécurité alimentaire et le développement économique communautaire dans le Nord du Manitoba. Les jardins et les fermes agricoles de quartiers, les programmes d’aliments prélevés dans la nature, les ruchers (élevage d’abeilles), les coopératives de pêche et les serres, par exemple – c’est ainsi que les gens du Nord utilisent les aliments pour bâtir leurs communautés, améliorer la santé, créer des possibilités d’avenir pour les jeunes et renforcer les économies locales.

En plus d’établir des partenariats financiers avec les communautés du Nord du Manitoba pour y apporter des changements soutenus, une composante clé de la NMFCCC consiste à partager les connaissances qui en ressortent. Les organismes, les conseillers du Nord, le réseau de sympathisants au Manitoba et dans l’ensemble du pays et les titulaires des subventions accordées à cette collaboration sont avantagés en comprenant davantage les communautés du Nord et les cultures autochtones et en augmentant leur capacité de travailler avec elles.

Le Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire se joindra à cette collaboration pour soutenir les projets de sécurité alimentaire dirigés par les communautés à travers le Nord du Manitoba, afin d’explorer des projets spécifiques dont il pourrait augmenter la portée et d’appuyer le cadrage afin de déterminer si le modèle de cette collaboration alimentaire, culturelle et communautaire pourrait fonctionner dans d’autres emplacements géographiques. Pour en apprendre davantage sur l’excellent travail accompli par The Northern Manitoba Food, Culture & Community Collaborative, veuillez consulter le site www.nmfccc.ca.

 


Centre d’action pour la sécurité alimentaire Lignes directrices relatives au financement 

Le Fonds d’innovation et le Fonds du Centre d’apprentissage : modalités de financement

Le financement est offert par l’intermédiaire de notre Fonds d’innovation et de notre Fonds du Centre d’apprentissage.

Fonds d’innovation

Le Fonds d’innovation offre des subventions aux organismes de bienfaisance enregistrés afin d’appuyer des démarches novatrices qui font progresser la sécurité alimentaire durable, avec l’objectif de perfectionner l’apprentissage par l’expérience, procéder aux évaluations des répercussions sociales et créer des modèles évolutifs et reproductibles.

L’accent est mis sur le soutien de l’innovation qui va au-delà de l’aide alimentaire d’urgence afin d’aider à développer la capacité, les compétences, les débouchés économiques et les systèmes de soutien. Le Centre d’action cherche également à établir des relations significatives avec des organismes financés qui accordent leur soutien à l’échange de compétences des employés, au partage de leurs connaissances et à l’impact qu’ils produisent. Les apprentissages essentiels seront plus largement partagés et mèneront possiblement à la création de modèles évolutifs et reproductibles.

Afin d’être admissible pour recevoir une subvention, un programme ou concept doit démontrer une approche novatrice au développement de la capacité et de compétences qui permettent aux gens et aux collectivités de réduire l’isolement social, renforcer les compétences et les connaissances, accroître l’autosuffisance et faire progresser la sécurité alimentaire durable. Bien que les aliments représentent obligatoirement un élément central du programme, la nourriture doit être également un outil habilitant permettant de réaliser des objectifs plus vastes. Le perfectionnement des compétences pourrait comprendre une gamme d’approches novatrices qui permettent aux gens d’acquérir une plus grande sécurité alimentaire. Le renforcement des capacités comprend des initiatives qui habilitent les communautés et les organismes à promouvoir plus efficacement la sécurité alimentaire durable de la communauté. L’attribution de subventions sera considérée pour les organismes qui veulent mettre des hypothèses mesurables à l’épreuve et collaborer avec le Centre d’action afin de créer des partenariats significatifs qui nous permettent d’apprendre ensemble et d’offrir ces connaissances aux autres. La proposition doit définir clairement les résultats de l’apprentissage et les critères de réussite que le projet cherche à réaliser, afin que le progrès puisse être mesuré au moyen d’une évaluation annuelle ou d’une évaluation d’impact social plus détaillée.

Sous réserve d’un examen annuel, les subventions peuvent être prolongées sur une période allant jusqu’à trois ans afin d’accorder aux titulaires de subvention suffisamment de temps pour mettre l’innovation à l’épreuve et évaluer les résultats. Les propositions doivent comprendre des détails sur la portée et les coûts des projets pour chacune des années pour lesquelles la subvention est demandée. Les subventions du Fonds d’innovation varieront de 25 000 $ à 150 000 $ par année afin d’offrir des fonds suffisamment adéquats pour mettre à l’épreuve de grandes idées, bien que des demandes de subventions dont les montants sont moins élevés seront également considérées. Le Centre d’action cherchera à soutenir une diversité de projets allant d’investissements plus modestes aux investissements plus importants.

Critères du Fonds d’innovation :

  • La demande doit expliquer la manière dont le projet adopte une approche novatrice dont les résultats d’apprentissage sont bien définis
  • Le projet a le potentiel d’être reproduit et développé à plus grande échelle
  • Le projet rejoint des populations dont les besoins sont élevés
  • Le projet est géré par un organisme de bienfaisance enregistré
  • Le projet a des résultats clairs et mesurables appuyés par une évaluation annuelle
  • Le demandeur accepte de travailler avec le Centre d’action afin que les leçons essentielles apprises puissent être partagées avec d’autres
  • Le financement pourrait comprendre des exigences relatives aux exploitations, aux projets et aux capitaux
  • Le titulaire de subvention permet à Maple Leaf et au Centre d’action de communiquer publiquement son soutien, y compris dans d’éventuelles campagnes conçues afin promouvoir la sensibilisation et recueillir des fonds, qui sont développées conjointement avec le titulaire de subvention
  • Il existe un potentiel d’augmenter l’impact en s’alignant sur d’autres investisseurs, y compris des fondations communautaires, le milieu universitaire et le gouvernement
  • Il existe un potentiel de bénévolat significatif et de concordance des qualifications avec des employés de Maple Leaf
  • La demande montre comment le projet sera maintenu lorsque le financement du Centre d’action aura pris fin

Le Fonds d’innovation ne considérera pas :

  • Les organismes qui ne sont pas des œuvres de bienfaisance enregistrées
  • Les initiatives basées sur la foi
  • Les organismes politiques
  • Les projets qui n’incorporent pas les aliments comme élément fondamental du programme

Fonds du Centre d’apprentissage

Le Fonds du Centre d’apprentissage offre des subventions aux organismes de bienfaisance enregistrés afin d’appuyer la promotion du transfert des connaissances, de la formation, des outils d’évaluation et de la recherche qui complète la compréhension du problème et des approches utilisées pour réduire l’insécurité alimentaire. Par l’intermédiaire du Centre d’apprentissage, le Centre d’action appuiera les participants du secteur de la sécurité alimentaire afin d’établir les communications, un ensemble de pratiques partagées et des recherches qui approfondissent nos connaissances et notre incidence collective.

Afin d’être admissible pour recevoir une subvention, les programmes ou les projets doivent démontrer comment ils feront progresser l’acquisition d’un nouvel apprentissage et de connaissances collectives dans le secteur de la sécurité alimentaire. Les propositions doivent comprendre des détails sur la portée et les coûts des projets. Les subventions du Centre d’apprentissage varieront de 10 000 $ à 150 000 $. On s’attend à ce que ces subventions soient destinées à un projet unique, bien qu’il soit possible que le financement sur plusieurs années puisse être envisagé.

Critères du Fonds du Centre d’apprentissage :

  • Le projet a le potentiel d’être reproduit et développé à plus grande échelle
  • Le projet fait progresser les connaissances au sein du secteur de la sécurité alimentaire
  • Le projet est géré par un organisme de bienfaisance enregistré
  • Le projet a des résultats clairs et mesurables appuyés par une évaluation annuelle
  • Le demandeur accepte de travailler avec le Centre d’action afin que les leçons essentielles apprises puissent être partagées avec d’autres
  • Le titulaire de subvention permet à Maple Leaf et au Centre d’action de communiquer publiquement son soutien, y compris dans d’éventuelles campagnes conçues afin promouvoir la sensibilisation et recueillir des fonds, qui sont développées conjointement avec le titulaire de subvention
  • Il existe un potentiel d’augmenter l’impact en s’alignant sur d’autres investisseurs, y compris des fondations communautaires, le milieu universitaire et le gouvernement
  • Il existe un potentiel de bénévolat significatif et de concordance des qualifications avec des employés de Maple Leaf

Le Fonds du Centre d’apprentissage ne considérera pas :

  • Les organismes qui ne sont pas des œuvres de bienfaisance enregistrées
  • Les initiatives basées sur la foi
  • Les organismes politiques
  • Les projets qui n’incorporent pas les aliments comme élément fondamental du programme

Processus de financement

Le Centre d’action pour la sécurité alimentaire aura deux cycles de financement par année civile pour des projets qui débuteront le 1er mai et le 1er septembre. Le processus de demande se composera de deux étapes – la soumission d’une lettre d’intention et la soumission d’une proposition. Les demandeurs doivent être invités à soumettre une proposition après l’examen de leur lettre d’intention.

La lettre d’intention représente une étape importante de notre processus, car seulement certains demandeurs seront invités à soumettre une proposition officielle. On souhaite que la lettre d’intention soit simple et facile à soumettre.

La lettre d’intention ne devrait pas compter plus de trois pages et devrait aborder les éléments suivants :

  • Le type de subvention demandé (Fonds d’innovation ou Fonds du Centre d’apprentissage);
  • Le montant du financement demandé;
  • Une description détaillée du projet qui comprend un survol des personnes ou des organismes qui seront touchés par le projet;
  • L’innovation qui évoluera grâce au projet;
  • Le résultat d’apprentissage qui en résultera et sera avantageux pour le titulaire de subvention et les autres en faisant progresser la sécurité alimentaire;
  • Ce que l’organisme pourra réaliser grâce au financement demandé et qui ne pourrait pas être accompli sans le soutien du Centre d’action; et le cas échéant, les sources de financement supplémentaire qui soutiennent cette initiative;
  • La durabilité du projet, au terme du financement par le Centre d’action.

Après avoir examiné la lettre d’intention, le personnel du Centre d’action pour la sécurité alimentaire fera le suivi avec les organismes invités à soumettre des propositions officielles.

Notre date limite pour recevoir des lettres d'intention pour les projets commençant en mai 2018 est le 5 décembre 2017.


Formulaire de demande

La conversation

Le moment ne pourrait pas être mieux choisi pour avoir une discussion dynamique et ouverte sur la sécurité alimentaire. Au Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire, nous avons hâte de poursuivre la conversation dans cette section de notre site Web et ailleurs.

De nombreuses personnes extraordinaires sont profondément engagées envers la promotion de la sécurité alimentaire durable et préconisent le changement, des chercheurs de pointe, experts en politiques, universitaires et organismes aux personnes qui accordent leur soutien sur place. Nous prévoyons aider à partager et animer une conversation sur la promotion de la sécurité alimentaire et ce que font les personnes, les organismes, les communautés et divers échelons gouvernementaux.

Dans cette section, vous trouverez des liens utiles, des vidéos et des déclencheurs de conversations qui nous permettront de nous assembler et discuter de cette question importante.

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : IL EST TEMPS D’AGIR

Discours principal de Michael McCain. Disponible uniquement en anglais.

Faites-nous signe!

Il est important que nous partagions tous nos points de vue, nos connaissances et notre expérience et nous vous invitons à nous communiquer vos pensées, vos commentaires et vos idées. Veuillez nous contacter!

Faites-nous signe!

Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire
6897, chemin Financial
Mississauga (Ontario)
L5N 0A8
info@feedopportunity.com

Sarah Stern, dirigeante
Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire
Sarah.Stern@mapleleaf.com